Côte d’Ivoire : Touré Ahmed Boua dénonce l’échec de la politique d’urbanisation de l’Afrique et propose une solution alternative

18-2-2022 (AfrikMonde.com) « L’échec de la politique d’urbanisation de tout un continent candidat à l’émergence – diagnostic systémique et solution prospective ». Tel est le titre du premier ouvrage de Touré Ahmed Bouah qui sera dans les rayons des librairies à compter du lundi 21 février 2022. Cette publication comporte 106 pages.

A en croire, le chargé de communication de l’auteur, Adou Battey Camille, « ce livre tiré à 100 mille exemplaires sera vendu à 3000 Fcfa dans les librairies. Nous tenons, par ailleurs, à préciser que les revenus tirés de la vente seront reversés au profit des victimes des inondations et des déguerpis », a-t-il précisé.

Outre l’introduction et la conclusion, elle est subdivisée en sept (07) chapitres. L’auteur qui n’est plus à présenter en Côte d’Ivoire et bien au-delà des frontières ivoiriennes est un expert des questions liées à l’urbanisation. En effet, s’inspirant de sa vision et de son expérience de rupture épistémologique, il s’est donné pour objectif de tirer la sonnette d’alarme afin d’activer un changement de paradigme face à l’urbanisation galopante des agglomérations en Afrique et subséquemment en Côte d’Ivoire.

Pour ce faire, l’auteur Touré Ahmed Bouah s’est attelé à travers cet ouvrage à situer « le problème désordre urbain, source de mal être, du chômage des jeunes diplômés, d’insalubrité, du manque d’eau potable, des conflits fonciers, d’embouteillage, d’insécurité diurne et nocturne et surtout le ralentissement des activités Économiques. ». En faisant ce rappel, Touré Ahmed Bouah, par ailleurs, PDG de la SOPHIA S.A, selon ses propres termes, veut « déposer » un « autre regard » sur les grandes questions de l’Afrique et ainsi, participer à la formation des consciences des nouvelles générations africaines.

Comme solution face à ce qu’il qualifie de désordre urbanistique, l’auteur soutient que pour sortir l’Afrique de sa léthargie de « mal développement chronique » il convient désormais de « secouer les vieux parangons, pour se donner de « Bâtir demain, aujourd’hui », préconise Touré Ahmed Bouah. Déployant le champ de sa réflexion, Touré Ahmed Bouah suggère la création de « villes nouvelles » à l’instar du projet AKWABA CITY porté par son entreprise SOPHIA S.A. dont la finalité est d’offrir un instrument de référence dans la planification du territoire District d’Abidjan.

Sous ce rapport, il définit 4 objectifs prioritaires. A savoir : un développement économique et commercial des activités de l’axe Abidjan – Anyama ; une vocation résidentielle à l’axe Abidjan-Anyama ; le renforcement des réseaux de communication et la création des espaces publics de qualité et une ville et des villages aux identités spécifiques conservées.

En tout état de cause, selon Touré Ahmed Bouah « la création du projet Akwaba City traduit par la volonté de l’État de Côte d’Ivoire appuyée par les communes d’Anyama et d’Adjamé, le district d’Abidjan, la FENACCI la (Chambre Nationale d’Agriculture) le ministère de l’Artisanat et SOPHIA S.A vise à mettre en place des pôles économiques et d’habitats. », écrit-il.  Nonobstant, Touré Ahmed Bouah dénonce l’immixtion de financiers-aménageurs ou encore le phénomène improductif des dotations. In fine, il soutient que l’amélioration de la mobilité urbaine doit être un impératif économique et social, non seulement pour Abidjan mais pour l’ensemble de la Côte d’Ivoire.

C’est pourquoi, à l’en croire, « l’adoption du plan d’aménagement du Grand Abidjan en 2016, a été une avancée notoire, car elle propose une vision cohérente sur la manière dont la ville devrait se développer au cours des prochaines décennies. »

JCY

AfrikMonde.com