Affaire une fillette de 7 ans violée à Port-Bouët : le violeur n’est jamais arrivé à la Maca

28-11-2022 (AfrikMonde.com) Le nommé KMT, présumé violeur de la petite KAM, âgée seulement de 7 ans et en classe de CP2, n’a jamais été déféré à la Maca. En tout cas, il n’existe aucune trace de lui dans les registres de la prison civile de Yopougon. Pour revenir au fait principal, il faut savoir que la fillette de 7 ans a été violée le vendredi 09 septembre 2022, à Adjawi, un sous quartier de la commune de Port-Bouët.

Alertée dès le lendemain par les parents de petite fille, la brigade de gendarmerie de Vridi-Cité a mis le grappin sur l’indélicat individu âgé de 23 ans. Le lundi 12 septembre 2022, après une audition, la gendarmerie exige aux parents de la fille violée, un certificat médical. Le 13 septembre 2022, l’hôpital général de Port-Bouët a délivré un certificat médical qui accable le présumé violeur. Dès lors il était question de le déférer devant le parquet d’Abidjan-Plateau.

Le vendredi 16 septembre 2022, joint au téléphone par un parent du père de l’enfant, l’Adjudant-chef Sydjané Sylvain, en charge du dossier, confirme que le mis en cause a été déféré au parquet à 8h.

Faut-il le préciser, depuis le début de cette affaire, la gendarmerie de Vridi-Cité n’a jamais délivré de numéro d’opération (OP) aux plaignants comme cela se fait d’habitude. Pas de numéro d’opération, pas de numéro de Soit-Transmis, les parents avaient du mal à suivre le dossier judiciaire de leur fille, et se doutaient que quelque chose de pas très clair se traitait dans leur dos.

Chose curieuse, c’est que plusieurs jours après le 16 septembre 2022, date à laquelle le mise en cause est censé avoir été déféré au parquet, le gendarme K.A.D très impliqué dans le traitement de cette affaire,  est allé solliciter le mercredi 21 septembre 2022, une copie du certificat médical auprès du père de l’enfant. Il n’a pas eu gain de cause.

Selon des informations dignes de foi recueillies auprès du violon du parquet du Plateau, en date du vendredi 23 septembre 2022, si effectivement le présumé violeur de la petite KAM, a été sorti du violon de la brigade de gendarmerie de Vridi-cité le vendredi 16 septembre 2022, son nom n’apparaît nulle part dans la main-courante du violon du parquet d’Abidjan-Plateau.

LES CONTRADICTIONS ENTRE LA GENDARMERIE ET LE PARQUET. Ne disposant d’aucun document leur permettant de suivre le dossier de la fillette violée, des parents au père de ladite fillette se sont rendus au 7è cabinet d’instruction du parquet d’Abidjan-Plateau le lundi 31 octobre 2022, où ils ont échangé avec Me Oulaï, censé instruire le dossier selon lui. Celui-ci a fait savoir que le présumé violeur arrivé au parquet le 19 septembre 2022, a été mis sous mandat de dépôt et déféré le même jour à la Maca.

Ce qui contredit gravement les affirmations de l’adjudant-chef Sylvain Sydjané, qui a dit avoir déféré le mise en cause au parquet tôt le matin du 16 septembre 2022. Deux dates d’arrivée au parquet d’Abidjan-Plateau contradictoires, qui ont poussé ces parents proches au père de l’enfant à aller chercher la vérité du côté de la Maca. Ce fut la grande désillusion. KMT le présumé violeur de la fillette de 7 ans n’est jamais arrivé à la Maca.

Il court encore dans la nature, protégé par des mains fortes devant ce crime intolérable. C’est le lieu d’interpeller monsieur le Premier ministre Patrick Achi, madame la ministre, de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, monsieur le ministre de la Bonne gouvernance et le Conseil national des droits de l’Homme. Ce crime sur une petite de 7 ans ne peut rester impuni. L’auteur âgé de 23 ans doit subir la rigueur de la loi.

Jean-Philippe Okann

AfrikMonde.com