105 e Anniversaire du baptême de FHB : En Côte d’Ivoire, l’Office du Mémorial Félix Houphouët-Boigny prie pour le repos de son âme

La grande famille de feu le président FHB a prié pour la paix en CI et le repos de l’âme de l’illustre disparu (PH/CG)

Bingerville, 25-04-2022 (AfrikMonde.com) A l’initiative de l’Office du Mémorial Félix Houphouët-Boigny, il s’est tenu le vendredi 22 avril 2022 à Bingerville, un pèlerinage de ressourcement de la foi , à l’intention du père fondateur de la Côte d’Ivoire.

La Paroisse St Augustin de Bingerville, commune du sud de la Côte d’Ivoire, située au bord de la lagune Ébrié a servi de cadre, à une  une messe d’actions de grâce à l’intention de l’illustre disparu. Pour l’occasion, une forte délégation de la famille du défunt venue de Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d’Ivoire et de diverses communes d’Abidjan avec à leur tête M. N’Guessan Yao Félix, président de l’Office du Mémorial FHB et des membres de ladite structure dont M. Kouadio Robert ont prié pour le repos de l’âme de feu le président Félix Houphouët-Boigny.

 « Ayant fait l’école supérieure de Bingerville, il y a reçu le sacrement du baptême. C’est un moment important. Le baptême est une nouvelle vie, il ne meurt jamais. En 2017, nous avons célébré les 100 ans de son baptême à Bingerville. Cela fait exactement cinq ans aujourd’hui. C’est le 105 e anniversaire de son baptême »,  a justifié le président de l’Office du Mémorial Félix Houphouët-Boigny. A travers des versets bibliques tiré du livre des Apôtres, le Père Williams a souligné que, feu Félix Houphouët-Boigny, tout comme les enfants de Dieu, « n’était pas saint, mais il a bâti la Basilique», puis d’ajouter : « c’est Dieu qui rend saint », avant de terminer : « Que le Seigneur nous accorde la grâce.»

Le père WILLIAM  célébrant la messe d’actions de grâces (PH/CG)
M. N’Guessan Yao Félix, président de l’Office du Mémorial FHB (PH/CG)

Après la prière et des mots de bénédictions à l’endroit des initiateurs de cette journée d’hommage au premier président de la république de Côte d’Ivoire, c’est au pas de course que la délégation s’est rendue  à  Bregbo (dans la sous-préfecture de Bingerville) village natif du prophète Albert Atcho (1903-1990) où, elle a été invitée par sa famille. Moments d’intenses prières et de recueillement à la résidence du  prophète Atcho Albert. Là, les pèlerins ont  été édifiés sur l’histoire des deux illustres personnalités dont la mission était de bâtir l’Afrique.

La visite guidée du tombeau et du mausolée du prophète Atcho Albert ainsi que de nombreux  témoignages de la grandeur et de la puissance du  père fondateur de la Côte d’Ivoire, ont mis fin à ce pèlerinage. L’Office du Mémorial Félix Houphouët-Boigny, selon son président, a été mis en place , au lendemain de son décès. De sorte à ‘’perpétuer ses idéaux, » ses  »enseignements et sa mémoire’’.

Les pèlerins ont émis divers vœux (PH/CG)

A propos des deux illustres disparus

Feu le président Félix Houphouët-Boigny (1905 -1993) était Chef traditionnel, médecin, planteur et dirigeant syndical, il est notamment député français (1945-1959), membre de gouvernements français (1956-1961), président de l’Assemblée nationale ivoirienne (1953-1959), maire d’Abidjan (1956-1960), Premier ministre ivoirien (1959-1960) et premier président de la république de Côte d’Ivoire (1960-1993). « Père » de l’indépendance de son pays, fréquemment surnommé « Le Sage » ou « Le Vieux » (au sens africain du terme), il domine jusqu’à la fin de sa vie la politique de la Côte d’Ivoire et tient un rôle de premier ordre dans le processus de décolonisation de l’Afrique.

Le mausolée de feu  prophète Atcho Albert (PH/CG)

Son grand ami le prophète Atcho Albert, était planteur, pêcheur, homme de Dieu, prophète, guérisseur et chef d’entreprise. Connu pour ses grandes œuvres techniques de guérison par le biais des confessions écrites sur un cahier et lues publiquement, par ses succès thérapeutiques (confessions diaboliques, à valence cathartique, ingestion d’eau curative et bénite…) sa notoriété dépassera la ville de Bingerville. A preuve, pendant plus d’un demi-siècle, il a transformé son village en un haut lieu à la fois prophétique et thérapeutique, et cela dans la droite ligne de la religion syncrétique: le Harrisme dont William Wade Harris en est le fondateur.

Clarisse GBAKU