Côte d’ivoire : le décès de madame Beugré Mambé met en lumière le bicéphalisme à la tête de la chefferie villageoise d’Adjamé Bingerville

17-11-2021 (AfrikMonde.com) Native du village d’Akwè Djèmin ou Adjamé Bingerville, le décès de l’épouse du Ministre, Gouverneur du District autonome d’Abidjan, survenu le 2 novembre dernier, a fini par remettre sous les projecteurs la question du bicéphalisme qui plombe la bonne marche de ce village de la commune de Bingerville. De coutume, lorsque le village vient à perdre l’un de ses illustres enfants, il appartient à la chefferie villageoise d’en faire l’annonce officielle.

Dans le cas d’espèce, c’est monsieur Awaka Agbo Ghislain, bénéficiant de l’arrêté de l’Administration et qui demeure impopulaire au village, qui a entrepris cette démarche auprès des autorités du pays, en l’occurrence le Premier ministre Patrick Achi, le 10 novembre 2021. Il n’en fallait pas plus pour que des voix s’élèvent du côté du chef Mobio Aboussou Guy-Georges, choisi par ses pairs de la génération Tchagba pour présider aux destinées d’Adjamé Bingerville.

Ces voix, en effet, dénient la qualité de chef à Awaka Agbo Ghislain. Bien que détenteur de l’arrêté de l’administration préfectorale qui lui atteste cette qualité, la génération Tchagba, récuse sa qualité de chef du village. D’autant plus qu’il n’est pas celui sur qui les membres ont porté leur choix pour diriger le village. A cet effet, plusieurs membres de cette génération, notamment le secrétaire de la commission des affaires juridiques Agran Roger, ont dénoncé sa démarche.

Ceux-ci ont émis le souhait qu’une solution définitive soit trouvée à la question de la chefferie d’Akwè Djemin, de sorte que la paix et la sérénité soient au rendez-vous. C’est pourquoi, ils ont adressé un message fort à leur beau-frère, le Ministre, Gouverneur Robert Beugré Mambé, pour que l’occasion des obsèques de leur sœur soit l’ultime occasion de résolution de cette question sensible.

Faut-il le rappeler, l’origine de cette fâcheuse situation remonte à 2019 qui coïncidait avec la fin de règne de la génération Dougbo, avec pour chef Agbo Honoré et la montée sur le trône de la génération Tchagba. L’urgence de l’élection présidentielle en 2020 avait alors pris le dessus sur celle de la succession à la tête du village.

Dans ce laps de temps, et toujours selon le secrétaire de la commission des affaires juridiques de la génération Tchagba, le chef sortant Agbo Honoré aurait précipité le processus de succession pour porter devant la scène un chef qui correspondait plutôt à son goût. Cependant, ce choix opéré aux forceps et au détriment de toute la génération Tchagba, est aujourd’hui à l’origine de la crise de chefferie qui plombe le village d’Akwè Djemin.

Elvire Traoré

AfrikMonde.com